En souvenir de Laurence

C’est avec une infinie tristesse que nous vous faisons part de la disparition de Laurence Cauvin.
Sage-femme lumineuse et
engagée, Laurence a été une membre très active du CA de l’ANSFL.
Nous adressons toutes nos pensées à sa famille et à ses proches.

Son amie Hélène écrit :


Tu étais ma sage-femme, tu m’as appris à désapprendre, à m’interroger sur mes certitudes, enseignées à grand coup de scientisme médical.
Tu étais auprès des femmes, les guidant dans la confiance.
Certaines diraient que tu t’impliquais trop. Moi je sais que tu permettais une vraie transformation, une découverte de leur puissance de femme.
Tu disais “une bonne sage femme, c’est une sage femme qui sait tricoter”, c’est à dire être là, observer, écouter, ne rien faire si ce n’est pas nécessaire ; et puis rassurer par ton regard, ton sourire, apaiser le cerveau par le cliquetis des aiguilles.
Tu avais 10 000 projets par jour, pour notre profession (engagée à l’ANSFL depuis les débuts) pour la société, pour ta famille, tes enfants, pour l’humanité. Ton enthousiaste était contagieux.
Tu savais parler de la vie sans occulter la mort. Tu l’as repoussée, le plus loin possible. Tu avais tant à faire.
Jusqu’au bout.
Mais tu m’as aussi épatée dans ton dernier lâcher prise. Tu as fait la paix dans ton cœur. Tu as parlé de ta mort, de l’après, de tes peurs, de tes envies. Jusqu’au bout tu t’es émerveillée des rencontres “les gens de l’HAD, sont super. On a bien parlé. Je te raconterai”.
Tu ne m’as pas raconté, pas eu le temps. Mais tu m’as dit dans un dernier mot “on commence doucement la sédation. Je suis sereine”.

Tu nous laisses ta lumière et ton enthousiaste en héritage.
Aujourd’hui, nous toutes qui t’avons connue sommes orphelines, mais tellement heureuses d’avoir croisé ta route.