GROUPE DE TRAVAIL 1ER RECOURS

Au mois de décembre, l’ANSFL a contacté le  ministère de la Santé pour être associée au groupe de travail « 1er recours ». La présence de notre association  a été refusée lors de la première réunion, mais nous avons obtenu un rendez-vous le 2 janvier avec Madame Christine Bronnec, sous-directrice de la régulation de l’offre de soins à la Direction générale de l’Organisation des Soins (cf compte-rendu dans la prochaine Lettre). A la suite de ce rendez-vous, l’ANSFL, représentée par Madeleine Moyroud a participé à la deuxième réunion de groupe de travail.

Lors de cette réunion du 21 janvier, nous avons insisté sur la nécessité de travailler sur la visibilité des sages-femmes. En réponse, la DGOS nous a informés qu’elle contactera l’INCa (Institut National du Cancer), la DRESS (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) et l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) pour que les sages-femmes ne soient pas oubliées dans les campagnes « promotionnelles », mais que l’information concernant le suivi des patientes listera l’ensemble des professionnels concernés et ne se limitera pas aux sages-femmes.

Nous avons rappelé la nécessité de revoir l’aménagement des actes afin que nous puissions exercer pleinement nos compétences. Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) ont pris une grande place dans la discussion, c’est l’avenir de la médecine de ville. Même si les lieux d’exercice sont séparés, la coordination entre professionnels est fondamentale. Aujourd’hui, cette coopération s’avère être très « région dépendante ». Le Conseil de l’ordre a rappelé l’obligation déontologique d’indépendance professionnelle qui doit être respectée dans ces MSP.

Les maisons de naissance et les plateaux techniques ont été abordés en essayant de voir quels étaient les obstacles ou les difficultés rencontrées par les sages-femmes.

A l’issue de cette réunion, deux sous-groupes étaient prévus, « actes des sages-femmes dans le cadre du 1er recours » et « lieux d’exercice de l’activité de 1er recours des sages-femmes »

La plupart des participants étaient disposés à se réunir le 6 février sur le premier thème. Sans nouvelle du ministère, il a fallu les contacter pour apprendre que les représentants du collectif boycottaient la réunion  du fait de la présence de syndicats médicaux et que le ministère laissait donc ce groupe de travail en “attente”…

Confraternellement

Le CA de l’ANSFL

Courrier adressé à la DGOS