Participation au congrès de l’ANESF

Les 5, 6 et 7 juillet avait lieu le congrès de l’Association Nationale des Etudiants Sages-Femmes à Montpellier
Une table ronde avait pour pour thème l’accouchement de demain.  Y participaient Julien Guermont pour l’ONSSF, Henny Jonkers pour l’UNSSF, Nathalie Sage-Pranchère historienne et moi-même pour l’ANSFL.

Nous avons pu échanger avec les étudiants sur nos représentations de l’accouchement idéal.  J’ai pu mettre l’accent sur le respect des attentes des femmes, le consentement et l’importance d’interroger le vécu de l’accouchement qui peut ne pas être corrélé à celui de l’équipe obstétricale. Nous avons aussi évoqué l’accouchement à domicile avec des étudiant.e.s qui ont pu manifester leur souhait de pouvoir exercer ainsi mais aussi de l’accouchement en structure et des difficultés à pouvoir prendre soin des femmes par manque de temps. Les étudiants ont aussi aborder la responsabilité de prendre en charge une femme pour lui permettre de donner naissance à un enfant en bonne santé soulignant que c’est cela qui leur est demandé.

La comparaison est faite avec les autres pays européens et Nathalie Sage-Pranchère a pu rappeler les évolutions de la périnatalité dans la période d’après-guerre avec la création de la Sécurité sociale qui a permis aux femmes françaises de venir accoucher à l’hôpital en bénéficiant de 12 jours de repos contrairement à nos voisines anglaises qui avaient une méfiance profonde envers l’hôpital et ont préféré rester à domicile pour la naissance de leurs enfants.

Les échanges avec les étudiants ont été spontanés et riches. devant ces futurs interlocuteurs, j’ai souligné l’importance de préserver les liens entre nos différents modes d’exercice (libéral, hospitalier privé et public, territorial et accompagnement global)

Isabelle Fournier