Prévention et prise en charge de l’infection herpétique au cours de la grossesse et de l’accouchement (RPC CNGOF)

L’éruption herpétique génitale est le plus souvent due à l’Herpès simplex virus 2 (HSV2) (NP2). Le risque de séroconversion HSV pendant la grossesse est de 1 à 5 % (NP2).
Devant une lésion génitale typique d’un herpès chez une femme ayant un antécédent d’herpès génital connu, il s’agit d’une récurrence herpétique et une confirmation virologique n’est pas nécessaire (grade B).
Chez une femme n’ayant pas d’antécédent d’herpès génital connu, il est recommandé d’effectuer un prélèvement par écouvillonnage de la lésion et de privilégier la Polymerase Chain Reaction (PCR) (accordprofessionnel) et des sérologies spécifiques de type (accord professionnel).
En cas d’épisode initial d’herpès génital pendant la grossesse, il est recommandé d’initier un traitement antiviral par aciclovir (200 mg x 5 par jour) ou valaciclovir (1000 mg x 2 par jour)
pendant 5 à 10 jours (grade C).
En cas de récurrence herpétique en cours de grossesse, un traitement par aciclovir (200 mg x 5 par jour) ou valaciclovir (500 mg x 2 parjour) peut être proposé (grade C).

Le risque d’herpès néonatal est estimé entre 25 % et 44 % en cas d’épisode initial (NP2) et à 1 % en cas de récurrence (NP3) lors de l’accouchement. Une prophylaxieantivirale doit être proposée aux femmes ayant un épisode initial ou une récurrence herpétique en cours de grossesse, à partir de 36 SA et jusqu’à l’accouchement (grade B).

En cas d’antécédent d’herpès génital sans épisode de récurrence au cours de la grossesse, il n’est pas recommandé de proposer systématiquement un traitement prophylactique
(accord professionnel).

La suite est à lire ici ou sur le site du CNGOF